Sant Joan



Durée: 2h.

Nous mouillons dans la baie de Roses et contemplons le grand feu de joie allumé par la municipalité de Roses ; en attendant que le feu soit allumé avec la flamme du Canigou et qu’il meure pour faire place aux feux d’artifice, l’émotion est palpable chez les gens, l’instant est merveilleux. Dès que le feu s’éteint, un festival de fusées de toutes les couleurs possibles et imaginables illumine le ciel.

Des barques viennent de tous les villages de la baie pour admirer ces feux spectaculaires (d’Empuriabrava, Sant Pere Pescador, L’Escala, etc.).

En ce qui nous concerne, nous suivions cette coutume, en privé et en famille, depuis très longtemps, alors que nous n’étions pas encore dans le transport touristique ; quand nous avons lancé notre entreprise, nous avons pensé que cela ferait une très belle sortie en mer pour les touristes en visite à Roses et, à force, c’est devenu une belle tradition chez nous.

Une fois les feux d’artifice terminés, nous mettrons le cap sur la côte, tout en dégustant la fougasse de la Saint-Jean (aux fruits confits et à la crème, à s’en lécher les babines !) et en sirotant une coupe de cava catalan ou autres boissons sans alcool pour les enfants.

Ah ! Et quand vous descendrez du catamaran, ne soyez pas pressé et restez donc écouter l’orchestre qui égaiera la plage en cette nuit si spéciale.

Souvenez-vous de ce que dit ce proverbe : « Qui allume un feu à la Saint-Jean ne se brûle pas de toute l’année. »

+ D’INFORMATION : La veillée de la Saint-Jean est aussi appelée communément la « nuit du feu » ou la « nuit des sorcières ». C’est une nuit magique qui célèbre le solstice d’été. Tradition vieille d’environ cinq siècles, c’est un culte au soleil, à la lumière et au jour qui s’allonge.

Le lien entre le feu et le solstice d’été vient de très loin : on sait que les civilisations méditerranéennes les plus anciennes fêtaient déjà la nuit la plus courte de l’année avec des feux de joie. Au cours de l’histoire, le rite a subsisté en s’adaptant aux circonstances : il a été christianisé à la fin de l’empire romain, s’est maintenu au-delà grâce à la tolérance culturelle des Maures et a survécu aux époques difficiles grâce à son enracinement dans les foyers.

Prochains voyages

Réservation en ligne